Devenir équicoach peut faire rêver. Pour ma part, c’est une aventure fabuleuse.  Cependant, l’équicoach doit respecter certaines règles qui vont faire de lui un professionnel juste et bienveillant pour son cheval, son client et lui-même.

C’est quoi un coach en développement personnel ?

 

Un coach en développement personnel accompagne un individu vers un objectif. A travers cet objectif, le client apprend à mieux se connaître, prend conscience de son potentiel et fait tomber les freins qui l’empêchent d’atteindre cet objectif.

Qu’est-ce qu’un équicoach en développement personnel ?

 

Un équicoach en développement personnel est un individu formé en coaching travaillant en partenariat avec un cheval. Lorsque l’on travaille en binôme, nous avons besoin de connaître notre partenaire, c’est exactement la même chose avec le cheval.  Il n’est pas un outil de coaching mais un réel individu à part entière.

Les 5 préceptes d’un équicoach

 

1. Prendre soin de son partenaire de coaching : Le cheval

 

Tous les animaux sont prêts à nous aider. C’est à nous d’être vigilant et de faire de notre mieux pour leur offrir un confort de vie en adéquation avec leurs besoins. De plus, des séances de shiatsu régulières (4 fois par an) permettent une meilleure circulation de l’énergie et se présentent comme une pratique ressource pour le cheval. Évidemment, les soins classiques vétérinaires sont indispensables. De plus, le cheval doit avoir le choix de participer ou non au coaching. Ainsi, il est préférable de présenter au moins deux chevaux au coaché. Pour finir, le cheval est en totale liberté dans un espace assez grand pour qu’il puisse partir s’il le souhaite.

Sur cette vidéo mon expérience au cours de ma formation, plus particulièrement, ma semaine en immersion où j’explique la différence entre le coaching et l’équicoaching.

2. Actualiser ses connaissances

 

Comme pour tout autre métier, rien n’est figé dans le temps et l’équicoach doit régulièrement actualiser ses connaissances sur le développement personnel, les outils de coaching, sa posture de coach, l’écoute de son corps et de son intuition. Il est important d’ajouter la nécessité de se former à l’équicoaching et pas seulement au coaching pour devenir équicoach. L’intervention du cheval n’est pas « un plus » c’est un réel travail en duo et ça s’apprend !

3. Pratiquer le développement personnel

 

Un équicoach doit régulièrement travailler sur son développement personnel. Prendre conscience dans sa vie quotidienne des jeux relationnels, pratiquer la méditation, la cohérence cardiaque ou tout autre outil lui permettant de se relier à lui-même. Il peut se faire aider d’un autre professionnel de l’accompagnement pour cela.

4. Ne pas prendre tous les clients

 

C’est encore plus vrai lorsque l’on débute. La peur de perdre un client et de dire non. Cependant, il n’est pas juste de commencer un coaching avec un individu qui n’est peut-être pas assez motivé ou dont le discours lors de la prise de rendez-vous ou de la première séance ne résonne pas pour le coach. Enfin, l’équicoach doit rester vigilant en identifiant si le problème traite de la thérapie ou du coaching.

5. Être supervisé

 

L’importance des supervisions dans un parcours de coach c’est :

  • Prendre du recul
  • Éviter l’isolement professionnel
  • Renforce sa posture de coach
  • Échanger et continuer d’apprendre ensemble
  • Améliorer ses compétences professionnelles et personnelles
Aller au contenu principal